ALFIPImmobilier et patrimoine
Tél. +33 (0)9 53 06 86 77 Mail : contact@alfip.fr

ASSURANCE VIE : des frais d’entrée réduits

Assurance-vie : le placement préféré des français

Véritable couteau suisse 

L’objectif visé lors de la détention d’un contrat d’assurance-vie est double : il s’agit de

  • se protéger soi-même en disposant de capitaux mobilisables très rapidement pour faire face aux aléas de la vie
  • protéger ses proches en désignant des bénéficiaires lors du décès qui pourront hériter  du capital restant dû tout en profitant d’une fiscalité particulièrement attractive.

 

Code des Assurances ou Code monétaire et financier ?

Détenir un contrat d’assurance-vie au sein d’une Banque ou d’une Compagnie d’assurance-vie n’aura pas les mêmes impacts.

S’il est possible par exemple de procéder à des retraits momentanés sous forme d’avance non fiscalisée dans un contrat d’AV géré par une compagnie d’assurance, le même rachat partiel occasionnera un impact fiscal  dans une banque.

 

Idées fausses 

Les fonds sont bloqués minimum 4 ans pour ne pas être trop taxé ( fiscalité  PFL de 35% ou  à l’impôt sur le revenu) : attention à ne pas confondre capital et intérêts : seuls les intérêts sont taxés en cas de retrait !

De ce fait, il est souvent préférable d’épargner sur une bonne assurance-vie  plutôt que sur un livret A non fiscalisé qui rapporte du 1% net

De plus, en cas de décès prématuré,  chaque bénéficiaire bénéficiera d’un abattement  de 152 500 € sur sa quotité 

Prenons l’exemple Monsieur X qui a épargné petit à petit et possède un contrat d’assurance-vie d’une valeur de 200 000 € au jour de son décès. Il a désigné comme bénéficiaires un de ses fils et sa compagne. Chacun d’eux héritera de 100 000 € sans aucune fiscalité.

 

Tous les contrats d’assurance-vie ne se valent pas 

Nous assistons nos clients à sélectionner les meilleurs et proposons des conditions optimisées dans le cadre de souscriptions multiples

 

Achat groupé : inscrivez-vous
UA-59301102-1